Protection solaire et protection de l’océan?

Plage à proximité de Cap Byron, Australie

hELLO!

Même à l’autre bout du monde, j’essaie de suivre mes blogs favoris en dépit d’une connexion capricieuse. Le choix de la protection solaire est un thème récurrent et auquel je suis très sensible. J’adore la mer, aussi je souhaite la protéger. (C’est d’une logique imparable, non?) Mais nous n’adoptons pas tous la même réponse face à cette question (Cf l’article de Linette de Sortez de vos conapts).

Plage à proximité de Cap Byron, Australie
Plage à proximité de Cap Byron, Australie

Voici les habitudes adoptées par ma famille pour profiter au mieux du soleil et de la mer :

1- Acheter une crème bio ou garantissant la protection des océans. Type : EQ EVOA. Alors, il faut être clair, ces crèmes possèdent des filtres minéraux, donc à l’application, la peau paraît plus blanche. C’est un inconvénient que je trouve mineur par rapport à la mort des coraux. Au Vanuatu où je suis actuellement, je vois beaucoup de coraux morts et c’est d’une tristesse! (En plus d’être une catastrophe écologique)

2- Prendre une crème indice 50. Je ne suis pas une acharnée de la protection solaire mais ici, il s’agit d’économiser sur les quantités. Je m’explique : une crème indice 50 protège davantage qu’une crème indice 30 ou moins. Cela étant, aucune crème ne peut garantir les indices donnés sur l’emballage une fois appliquée car il faudrait mettre sur nos peaux des couches épaisses et uniformes (c’est assez difficile!) proches des tests faits en laboratoire. Il faut savoir aussi que l’indice de protection diminue au fil du temps et des activités. Si on prend un indice 50, on est donc certain qu’une application sera efficace plus longtemps et, donc, qu’on utilisera moins de produit! CQFD!

Il est possible aussi de mettre des vêtements anti-UV qui vont durer plus longtemps qu’un tube de crème mais seront des déchets à plus long terme! A voir… C’est très valable pour un adulte dont la corpulence est stable d’une année sur l’autre!

3- Ne pas se mettre au soleil aux heures chaudes (10h-16h bien souvent)! Il est possible de mettre le nez dehors mais habillé et armé de chapeaux et lunettes. Je ne parle pas ici de T-shirts anti-UV mais de vêtements normaux. Les T-shirts anti-UV servent juste de crème solaire sans crème! Ils protègent donc moins bien.

Aux heures de sortie, il est possible d’envisager de se passer de crème solaire selon où l’on se trouve. Je trouve aberrant qu’on nous incite à nous protéger à tout prix des UV. On limite certes les risques de cancer de la peau et les rides, mais on se crée des carences en vitamine D. C’est un cercle vicieux : on achète de la crème hors de prix et des gélules solaires… en été et des compléments alimentaires pour lutter contre la déprime hivernale et les carences en calcium! Bravo les industriels!

Pour mes loulous, j’utilise alors de l’huile de macadamia qui possède naturellement un léger filtre solaire!

Et pour tous, il faut donc penser à exposer le maximum de peau afin de se constituer des réserves de bonne humeur pour l’hiver!

4- Faire la crêpe sur sa serviette est parfois bien agréable, mais les rayons du soleil sont alors concentrés sur une zone de notre corps. Le bronzage ne peut être uniforme mais, surtout, on augmente ainsi les dangers pour notre peau. Allez hop! Un peu d’exercice, des jeux (pas de mots croisés, hein!) de plage, des pâtés de sable, chercher des coquillages,… tout cela nous protège en réalité des dangers du soleil en répartissant les zones exposées.

5- Pour finir, quelques gestes de base :

  • Bien finir son tube avant de le jeter dans la poubelle adéquate.
  • Bien nettoyer le tube après usage afin d’éviter la propagation de germes et autres joyeusetés entre 2 utilisations.
  • Acheter son lot de crèmes avant de partir à l’étranger car sur place, vous n’êtes pas certains de trouver des protections en adéquation avec vos valeurs. En Australie, pas de souci mais au Vanuatu, je suis heureuse d’avoir pris mes précautions! Toutes les protections solaires proposées sont des fléaux pour les coraux! (qui sont pourtant une des attractions touristiques du pays!)
  • Ramasser ses déchets sur la plage (voire ceux des autres!), ça fait un minimum d’exercice et on rend service à la Nature et aux visiteurs suivants!

 

Bref, à nous le soleil et la mer (et la bonne conscience écolo! ou presque)!

A très vite!

 

Et vous, comment conciliez-vous soleil, mer et écologie?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s